Comment lire une partition de piano

Des lignes, des notes, des dièses, des bémols, des double-dièses, des lettres, des symboles..! Comment s’y répérer? Vous l’aurez vite remarqué, il y a énormément de données sur une partition de musique, bien plus de ce qu’on imagine initialement. Alors concentrez-vous, cet article sera concentré d’informations! Et… Lisez jusqu’au bout, il y aura des conseils pour bien mémoriser tout ce que vous aurez appris!

Exemple de partition

C’est parti!

Première chose à voir: Le titre du morceau, le sous-titre et le compositeur. Pas très intéressant dans ce cas, j’ai composé ce petit morceau exprès pour cet article! Passons donc à quelque chose de bien plus important, les…

Portées

Une portée, ce n’est rien d’autre qu’un groupe de cinq lignes horizontales. Les portées servent à placer les notes de musique à un endroit et avec un temps de résonance bien défini. Ce morceau à donc deux portées, réunies par une…

Accolade

Dans cet exemple, on voit deux accolades, tout à gauche des portées. Ces accolades indiquent que le morceau doit être joué mains ensemble. En effet, la portée du haut indique ce que doit faire la main droite, alors que les instructions de la main gauche se trouvent sur la portée du bas.

Les barres de mesures

Facilement repérées, ce sont des lignes verticales traversant les deux portées. Comme leur nom l’indique, elles délimitent la fin d’une mesure et le commencement de la suivante. Remarquez qu’à la fin du morceau, il y a une double-barre, plus épaisse. Elle indique la fin du morceau.

Mais, au fait, qu’est-ce qu’une mesure? Une mesure est un espace sur la partition, contenant les notes du morceau. On utilise les mesures pour structurer le morceau. Tout d’abord, elles nous permettent de ne pas se perdre lors de la lecture, mais nous permettent également de compter les temps. Dans ce cas, on compte jusqu’à 4.

Pourquoi 4 et pas 3, 7, 14? Bonne question… Mais pour comprendre cela, il faut apprendre encore deux choses. Courage!

Le type et la durée des notes

Il existe une multitude de types de notes, qui se différencient par leur aspect et par leur durée dans le temps. Sur cette image, il y a ceux qui sont le plus fréquemment utilisés.

Il manque cependant les triolets (ce groupe de trois notes qu’on retrouve plusieurs fois sur la deuxième ligne du morceau). Chacune des notes du triolets dure 1/3 de temps.

Note: Prochainement, un article dédié sur la durée des notes sera disponible, allant plus en détail que cet encadré. Ce futur article parlera également des soupirs, qui sont des moments où il ne faut pas jouer.

Le chiffrage de mesure

Voyez-vous les deux « 4 » au début du morceau? Ils indiquent le chiffrage de mesure. Comme je vous l’expliquais il y a quelques paragraphes, une mesure n’est rien d’autre qu’une sorte de « container » dans lequel on met des notes. Mais combien peut-on en mettre? C’est bel et bien le chiffrage de mesure qui nous l’indique.

Le 4 du haut indique le nombre de notes que délimiteront les mesures, mais on ne sait pas encore de quel type de note on parle.

C’est donc le 4 du bas qui nous l’indique. Regardez attentivement cette image…

Et maintenant, dites-moi sur quelle ligne on retrouve 4 notes très exactement. Pas difficile, c’est la ligne avec les noires, chacune d’entre elle durant 1 temps.

Dans ce morceau, on a donc 4 noires par mesures, pour un total de 4 temps! Libre au compositeur de choisir comment remplir ces 4 temps. Il peut mettre 4 noires, 8 croches, 4 croches et 2 noires, etc. Tant qu’au total on a 4 temps, tout est possible!

Le tempo

Maintenant qu’on sait qu’on aura des mesures à 4 temps, combien vont-ils durer? Une seconde, deux, une demie..? C’est simple. Au début du morceau, le tempo est écrit. On a en effet une noire, le symbole égal, le chiffre 80.

Le chiffre indique un nombre de battements par minute, dans ce cas 80. Il y aura donc 80 noires à la minute… Avec un peu de mathématiques, cela nous fait 60 / 80 = 0,75 secondes par noire. C’est bien beau tout ça, mais c’est difficile de se le représenter. C’est pour cette raison que je vous incite à acheter un métronome de qualité! Personnellement, j’utilise depuis des années l’application payante Pro Metronome qui a de nombreuses fonctionnalités.

La clé de sol

Située au début de chaque portée, elle permet de donner un nom aux notes placées sur la portée. Indiquant la moitié de droite du clavier, elle est généralement utilisée pour la main droite! Voici la gamme de Do Majeur.

Veuillez prendre bonne note: le premier Do sur cette image est le Do central sur le piano (le quatrième sur un clavier complet de 88 touches).

La clé de fa

Située elle aussi au début des portées, elle indique la moitié gauche du clavier, et donc, elle est généralement utilisée pour la main gauche. Voici notre gamme de Do Majeur, en clé de fa. Remarquez que la hauteur des notes est différente de la clé de sol.

Ce n’est cependant pas la seule différence avec la clé de sol. Ici, le Do central du clavier correspond à la dernière note.

Vous aurez donc compris que cette clé est utilisée pour les notes graves du piano, et la clé de sol pour les notes aigües.

L’armure à la clé

Plus que quelques notions à maîtriser avant de pouvoir jouer le morceau, vous y êtes presque!

L’armure à la clé possède un ou plusieurs dièses, bémols ou aucun des deux. Elle se situe au début du morceau, et nous indique la tonalité de la pièce.

Note: Il s’agit encore une fois d’un sujet complexe, qui aura prochainement un article dédié, publié sur le blog et dans la catégorie « Apprendre le Solfège ».

Pour l’instant, retenez ceci: puisque le dièse est dessiné sur l’emplacement de la note Fa (valable pour les deux clés), tous les Fa indiqués sur la partition sont en réalité des Fa# et il faut les jouer ainsi!

Les nuances

On s’approche du but, cependant on ne sait pas à quel volume on doit jouer le morceau. Et bien entendu, c’est une autre information qu’on peut observer sur la partition.

Petite anectode: saviez-vous pourquoi notre instrument est appelé Pianoforte ? Contrairement à son prédécesseur – le clavecin – il permet au musicien de jouer doucement (piano) ou fort (forte)!

Il y a donc deux volumes principaux, qui sont clairement différenciables : piano et forte. On parle ici de nuances, qui sont toujours données en italien.

Les nuances, leur nom et leur traduction

Le doigté

Et nous voilà au dernier point à connaître, mais de loin pas le moins important. Je parle ici des petits chiffres qu’il y a (parfois) en dessus ou en dessous des notes. Ils nous indiquent quel doigt doit (navré du jeu de mot) être utilisé pour jouer la note en question.

Le principe est simple, c’est comme si on compte avec les doigts. Rappelez-vous que c’est pareil pour les deux mains.

1 = Pouce /// 2 = Index /// 3 = Majeur /// 4 = Annulaire /// 5 = Auriculaire

Attention cependant à ne pas confondre les chiffres de doigté avec les « 3 » des triolets.

Vous êtes arrivés au bout, félicitations!

Merci d’avoir lu jusque là. J’espère que cet article ne vous aura pas trop assommé d’informations! Certes il y a beaucoup de choses à mémoriser… voici donc quelques conseils!

  • Exercez-vous à reconnaître les notes sur une partition, d’abord avec la clé de sol, puis la clé de fa. Pour vous entraîner, je vous conseille une excellente application gratuite qui s’appelle Vivace.
  • Apprenez vos gammes! Si vous maîtrisez les gammes (majeures et mineures), vous êtes déjà certain que toutes les notes des morceaux que vous apprendrez se trouveront dans une gamme (sauf quelques exceptions sur certaines mesures) . Ainsi, vous serez capable de jouer le morceau bien plus rapidement.
  • Respectez le doigté! Si le compositeur l’a marqué, tant mieux. Généralement, il s’agit du meilleur doigté à utiliser pour une suite de note. Jouer sera donc plus agréable et il rendra parfois un passage compliqué… facile.
  • Le métronome est votre ami. Choisissez un tempo réduit pour apprendre le morceau, et augmentez la vitesse petit à petit. Il vous aidera à reconnaître les passages où vous accélérez ou perdez du temps.
  • Les nuances sont très importantes. Elles donnent vie à un morceau, sans elles, il serait plat, toujours au même volume. N’hésitez pas à les accentuer. Et finalement…
  • Amusez-vous, restez motivé! La musique est un apprentissage lent et parfois difficile, mais je vous garantis qu’après quelques temps, on réalise que ça en valait la chandelle.

Il ne vous reste plus qu’à vous entraîner! Si vous vouliez jouer le morceau d’exemple (bien qu’il ne soit pas extraordinaire, soyons clair, il a été fait en trente secondes), voici un audio de l’ordinateur, qui l’interprète! Et n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions!

Morceau d’exemple, joué par l’ordinateur.

Merci de votre lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *